Sigrid Jacobeit: Le camp de concentration de Ravensbrück (1939–1945)

Plastik zum Gedenken an die Frauen von Ravensbrück, Foto: B. Kauers,2021

Construction du complexe du camp

À Ravensbrück, un village de Prusse situé à 90 kilomètres au nord de Berlin, les SS ont fait construire le plus grand camp de concentration pour femmes sur le territoire du Reich allemand : le camp de concentration de femmes de Ravensbrück. Cet emplacement fut stratégique pour trois raisons.

Tout d’abord près de Fürstenberg, une petite ville de ce qui était alors le Mecklembourg (la Poméranie) il y avait la ligne ferroviaire Berlin-Stralsund/Rostock ; la route impériale n° 96 traversait Fürstenberg et la reliait à Berlin, Oranienburg, Greifswald et Stralsund.
De plus, la proximité du site du camp de concentration avec la rivière Havel constituait un avantage pour transporter plus tard les matériaux par voie d'eau. La pointe la plus méridionale du site du camp de concentration prévue s'étendait jusqu'au lac Schwedtsee. Enfin la zone repérée pour le camp se trouvait dans un endroit isolé et entouré de limites naturelles - une situation idéale pour construire un camp de concentration “ultramoderne”.
En janvier 1939, un groupe de détenus du camp de concentration de Sachsenhausen a été désigné pour commencer la construction des nouvelles installations. En outre, la "SS-Neubauleitung FKL Ravensbrück" (nouveau bureau de construction du camp de concentration pour femmes de Ravensbrück) a choisi plusieurs entrepreneurs de travaux publics de Fürstenberg, Ravensbrück et des environs. Un certain nombre d'entreprises et de sociétés non locales ont également participé aux travaux de construction.

Le camp de concentration de Ravensbrück existait depuis 6 ans, lorsque 867 détenues du camp de femmes de Lichtenburg, situé à Prettin sur l'Elbe, y ont été transférées, du 15 mai 1939 au 27 mai. Avant cela, les femmes qui ne se conformaient pas aux normes nazies étaient détenues dans des établissements pénitentiaires et correctionnels. À partir de l'automne 1933, le premier camp pour femmes a été créé à Moringen, en Prusse, dans le parc naturel de Solling. Un peu plus tard, en mars 1934, il accueille également des femmes d'autres régions. Des membres de la section locale de la Ligue nationale socialiste des femmes sont recrutées comme gardiennes. En décembre 1937, les détenues de Moringen furent alors transférées à Lichtenburg, le camp principal pour les femmes. Lichtenburg, un château datant de la Renaissance, avait été utilisé comme camp de concentration pour hommes à partir de 1933. Le transfert des 1 415 femmes détenues auparavant à Moringen a été le premier acte qui a placé Lichtenburg sous le contrôle de l'Inspection des camps de concentration (IKL), créée entre-temps. IKL était charée de la surveillance de tous les camps pour hommes et femmes. Cette decision administrative s'est accompagnée d'une aggravation significative des conditions de détention, qui comprenaient l'isolement dans des cellules sans lumière du bunker de Lichtenburg, la privation de nourriture, la station debout prolongée, etc.

Ravensbrück n'a été construit et ouvert comme camp de concentration pour femmes qu'après les grands camps exclusivement masculins de Sachsenhausen (1936), Buchenwald (1937), Flossenbürg (1938) et Mauthausen (1938). Le 27 mai 1939, 970 détenues étaient enregistrées à Ravensbrück. Tout comme les autres camps du système concentrationnaire, le camp de femmes avait la même structure : des rangées de baraques disposées le long d'une allée où étaient logés les prisonniers, un bâtiment administratif, la "Kommandantur" (quartier général). A une extrémité les bâtiments de service (l’approvisonnement en eau, central téléphonique, garages, ateliers, etc.) disposés à angle droit, et devant la Kommandantur, tout près de l'entrée du camp, le lotissement pour le personnel SS y compris les "maisons du personnel" pour les gardiennes (Aufseherin). Bref , un "ensemble concentrationnaire" caractéristique.
La première phase de construction dure jusqu'en 1940 environ, le site comprends 12 baraques pour les détenues, ainsi que deux baraques d’infirmeries appelées "Revier", une baraque pour les châtiments et une autre comme prison. En plus deux ateliers, un bâtiment de service avec cuisine, douches et buanderie.
Ces bâtiments étaient destinés à accueillir environ 3 000 détenues. L’ensemble du site était entouré d'un mur de quatre mètres de haut surmonté de fils de fer barbelés à haute tension. Les baraquements, que les détenues appelaient "blocs", se composaient d'une aile A et d'une aile B, avec de chaque côté 100 lits superposés pouvant accueillir 100 femmes. À côté du dortoir se trouvait une zone commune ; les toilettes et les salles d'eau se trouvaient au milieu. Après l'invasion de la Pologne, d'autres baraquements furent ajoutés. En 1942, le "nouveau camp" fut agrandi en utilisant des baraquements d'un type différent. Cependant, elles ne suffisent bientôt plus à contenir le nombre croissant de déportées des pays envahis, ce qui rend les conditions de vie des prisonnières catastrophiques.

En raison de l’ugence d'accueillir davantage de prisonniers, d'autres installations ont également été crées: un central téléphonique, un réseau d'eau, une station d'épuration des eaux usées et une station électrique annexe. Tous ces éléments ont contribué à rendre le complexe du camp autosuffisant. L'achèvement du crématorium du camp en 1943 avait le même objectif. Il a dû être agrandi en 1944 en raison de contraintes de capacité. Jusqu'alors, les morts devaient être emmenés au cimetière de Fürstenberg pour y être incinérés.
Vers la fin de 1939, un bâtiment à deux niveaux contenant 78 cellules d'isolement a été achevé, que les détenus ont appelé "bunker". Ce bunker a été spécialement aménagé pour infliger des châtiments tels que la flagellation et l'enfermement dans une cellule sans lumière. Cela témoigne de la brutalité du système pénal du camp de femmes de Ravensbrück. Pour les détenues, le "bunker" est devenu synonyme d'horreur. En 1944, il a également été utilisé pour détenir un grand nombre de prisonniers “spéciaux”, c'est-à-dire des personnes appartenant à diverses organisations de Résistance ou qui furent arrêtées à la suite de la tentative d'assassinat ratée d'Hitler le 20 juillet 1944.

Au fil du temps, d'autres bâtiments ont été ajoutés au “secteur industrielle" situé à l'intérieur du mur d'enceinte. Ceux-çi servaient d'ateliers de fabrication avec des salles pour le travail traditionnel des femmes, comme la couture, le traitement de fourrures, le tissage, le tressage de chaussures en paille, le tissage de rubans et la fabrication de chaussures. Au départ, les ateliers étaient sous la responsabilité du commandant du camp, mais ils ont ensuite été transformés en entreprises SS dont le bureau administratif SS était responsable. En avril 1941, un camp pour hommes fut ajouté au complexe du camp de Ravensbrück. Cela constituait une réserve de main-d'œuvre spécialisée avant que le camp de concentration ne soit entièrement achevé.
En août 1941, cinq structures d'hébergement et une de fabrication pour le camp d'hommes furent achevées dans la partie sud-est du site, juste à côté du secteur industriel. Bien que le nombre de détenus ne cesse d'augmenter, aucun bâtiment supplémentaire ne fut fait avant la libération du camp. Ce fut principalement des hommes qui construisirent le “camp de travail des jeunes”, qui faisait également partie de Ravensbrück. Ouvert le 1er juin 1942 il consistait en deux baraques, une pour les “éducateurs” et une pour les ”délinquantes”, et devait contribuer à l’éducation de jeunes filles entre 14 et 18 ans. En décembre 1944, les SS ont demandé que ce camp n’admette plus de nouveaux entrants en vue de sa fermeture. La plupart des filles et des jeunes femmes furent transférées dans le camp des femmes pour travailler pour l’industrie de guerre ou renvoyées chez elle. Le site “d’Uckermark camp de travail obligatoire” fut ensuite utilisé comme lieu de mort et de sélection, devenant ainsi la zone d’assassinat la plus importante du camp de concentration de Ravensbrück.
A proximité immédiate et presque en même temps, la société Siemens fit construire une usine de production sur un site d'environ 20 hectares, qui commença à fonctionner le 24 août 1942. Les ouvrières travaillant dans les ateliers de 675 mètres carrés étaient des prisonnières choisies pour leur dextérité, car elles devaient assembler différents types d'appareils électriques et de bobines utilisés dans l’industrie de guerre. Siemens a fait fonctionner son industrie de guerre à Ravensbrück dans 20 ateliers jusqu'à ce que l'administration du camp fasse évacuer le camp Siemens aux premières heures du 14 avril 1945. Le camp de Siemens se composait de six baraques. Jusqu'au début du mois de décembre 1944, les femmes étaient logées dans les baraques du camp principal. Le site de Siemens était entouré d'une clôture en fil de fer barbelé fixé à des poteaux en béton et de quatre tours de guet.

Toujours en 1942, des prisonniers, hommes et femmes, ainsi que des entreprises des environs, ont créé la ferme expérimentale SS de Ravensbrück sur le site d'une ferme du XVIIIe siècle, suivie un peu plus tard d'un jardin maraîcher avec de vastes serres. Ici, les SS ont fait tester l'agriculture biodynamique par des femmes détenues dans le cadre de leur "Institut allemand de recherche sur la nutrition et l'alimentation".

Transports et déportations vers Ravensbrück

Les détenus du camp de concentration de Ravensbrück étaient des femmes, des hommes et des enfants de toutes les régions d’Europe occupées par les nazis. Sur la base des registres d'arrivée, on peut distinguer trois types d'internement :

  1. Transports collectifs principalement en provenance du "Reichsgebiet" (territoire du Reich). Il s'agissait de prisonniers condamnés à différents types de détention et provenant de diverses nationalités, qui avaient fait un passage dans les prisons de la Barnimstrasse et de l'Alexanderplatz à Berlin avant d'être rassemblés pour être envoyés à Ravensbrück. Les registres d'arrivée ne mentionnent pas leur provenance.

  2. Déportations, principalement des zones occupées par l'Allemagne ; les détenus sont d'abord regroupés dans des points de rassemblement, des camps ou des prisons. Les registres d'arrivée font référence aux déportations effectués en transports spéciaux et mentionnent le lieu d'origine.

  3. Transports en provenance d'autres camps de concentration, comme Auschwitz. Il s'agit, en règle générale, d'évacuations en raison de l’approche des troupes allliées.

Les "arrivées" se sont déroulées en quatre phases : De mai 1939 à fin 1942, toute l'année 1943, l'année la plus problématique de 1944 avec un total d'environ 70.000 arrivées et de janvier à avril 1945. L'année 1944 se distingue des autres car elle représente plus de la moitié des arrivées au total. Les raisons de l'internement étaient dans l'ensemble politiques, "raciales" et socio-raciales. De plus, l'empire nazi combattant avait besoin d'un nombre croissant de main d’oeuvre pour la production d'armement. Les prisonniers politiques étaient principalement des femmes qui avaient résisté, avaient combattu dans les armées de leur pays d'origine ou étaient enfermées en raison de leur nationalité. Parmi les personnes persécutées pour des raisons raciales ou de "souillure raciale" se trouvaient des femmes juives ainsi que des femmes sinti et roms. Dans l'esprit de la "Volksgemeinschaft" , les "asociaux" et les "criminels" placés en détention préventive doivent être "éliminés", tout comme les "criminels de droit commun", qui comprennent également les sages-femmes ayant pratiqué des avortements et ayant été dénoncées.

Les enfants dans le camp

Les registres d'arrivée de Ravensbrück mentionnent 881 enfants âgés de 2 à 16 ans, issus de 18 nations différentes, qui ont été internés dans le camp entre 1939 et 1945. Parmi eux se trouvaient 263 enfants juifs et 162 enfants "tsiganes". La plupart d'entre eux sont arrivés avec leur mère, leur père ou d'autres membres de leur famille. Des groupes plus importants de mères avec enfants sont arrivés après l’anéantissement du soulèvement de Varsovie à la fin de 1944 et en relation avec les déportations de femmes juives hongroises et slovaques à partir du tournant de l'année 1944-45. Les enfants devaient faire la queue pour les appels avec les femmes, ce qui les obligeait souvent à rester debout pendant des heures. Pendant la journée, ils devaient rester à l'intérieur. À 12 ans, les filles devaient travailler dans les ateliers. Les garçons à l'âge de 12 ans étaient placés dans le camp des hommes. L'administration du camp considérait les enfants comme un poids superflu et des bouches inutiles. Pourtant, les enfants étaient particulièrement tenaillés par la faim, dont le souvenir reste encore aujourd'hui indélébile. Il existe de nombreux rapports sur les "mères du camp", des femmes qui prenaient en charge les enfants laissés seuls, en essayant de les aider à survivre. Certaines ont même réussi à le faire.

*Catégories de prisonniers et identification *

Les prisonniers devaient porter sur leurs vêtements des triangles de différentes couleurs indiquant la raison de leur arrestation. L'autorité d'admission du camp de concentration, le "Département politique", assignait à chaque prisonnier une catégorie ; cette classification était très arbitraire et ne peut être décrite que comme une terrible stigmatisation. Les SS ne connaissaient ni “cas limites” ni nuances. Les communistes, les sociaux-démocrates, les femmes non inscrites à un parti mais actives dans la résistance étaient des prisonniers politiques et devaient porter le triangle rouge. Le triangle rouge était également remis aux femmes accusées de "rapports sexuels avec des personnes d'origine étrangère" et/ou du "crime de rapports sexuels". Les véritables prisonniers politiques les qualifiaient ces femmes de façon désobligeante de "politiques entre les draps".
Les "asociaux" devaient porter un triangle noir sur leurs vêtements, ce qui s'appliquait à tous les "tsiganes" ainsi qu'aux femmes ayant déjà été condamnées pour des délits tels que le vol, la fraude, le refus de travailler, l'avortement illégal, la prostitution ou les délits sexuels, c'est-à-dire le fait de changer fréquemment de partenaire sexuel ou d'avoir des enfants de pères différents, ainsi que les "détenus criminels en détention préventive" qui avaient été envoyés dans le camp après avoir purgé une peine de prison. Les Témoins de Jéhovah (également appelés "étudiants de la Bible"), qui ont été parmi les premiers prisonniers des camps de concentration du régime nazi après l'interdiction des Témoins de Jéhovah en 1933-34, portaient un triangle violet.
À Ravensbrück, une centaine de femmes portaient un triangle vert attribué aux "criminels de droit commun" ou aux prisonniers en détention préventive. Les autorités judiciaires et les SS les considéraient comme des "délinquants récidivistes dangereux", parmi lesquels des sages-femmes qui avaient pratiqué des avortements et avaient été dénoncées.

Deux autres catégories de prisonniers - bleu pour les émigrants et rose pour les lesbiennes – n’étaient pas en nombre significatif à Ravensbrück.

Attribution des numéros à Ravensbrück

Transformer des êtres humains en numéro est l'un des pires traitements dégradants infligés aux détenus des camps de concentration nazis. Le camp de Ravensbrück pour femmes et hommes ainsi que le "camp de détention pour mineurs d'Uckermark" avaient leur propre numéro de séries, depuis les premières arrivées jusqu'à la fin avril 1945, date de la libération du camp. En attribuant des numéros,il s’agissait de dépouiller les détenus du camp de leur individualité et de leur identité. Les prisonniers devaient être identifiés par un numéro à des fins d'enregistrement plutôt que par des prénoms et des noms de famille. L'augmentation de la population carcérale de Ravensbrück se reflète dans les numéros attribués entre 1938 et 1945. (La raison du choix de 1938 est que, en mai 1939, les femmes du camp de Lichtenburg ont été transférées à Ravensbrück et leur numéro a été repris). Le premier numéro délivré dans le camp de femmes de Ravensbrück est de 1 104 ; le dernier enregistré en avril 1945 est de 123 000. Pour le camp des hommes, un total de 19 905 numéros ont été attribués entre 1941 et 1945.

Nombre total et composition des prisonniers

Il n'existe pas de sources exhaustives indiquant la population carcérale exacte à Ravensbrück. Pourtant, il est justifié de supposer qu'environ 130 000 femmes et enfants ainsi que 20 000 hommes y ont été détenus. Les chiffres se répartissent comme suit :

40.000 Polonais (34.200 femmes et 6.423 hommes) ; 20 000 femmes et hommes d'Union soviétique (Russes, Ukrainiens, Biélorusses et autres) ; 10 000 Allemands et Autrichiens ; 10 000 Français ; 10 000 Hongrois ; 2 700 femmes et hommes de Yougoslavie (Slovènes, Serbes, Croates) ; 2 500 Belges ; 2 000 Tchèques ; 2 000 Slovaques ;
1 000 Italiens ; 250 Grecs ; 200 Espagnols ; 150 Norvégiens ; 150 Roumains ; 161 femmes luxembourgeoises dont les noms sont répertoriés.
En outre, il y avait des femmes et des hommes d'Albanie, de Bulgarie, du Danemark, de Finlande, du Portugal, de Suède, de Suisse, de Turquie, du Royaume-Uni et d'autres endroits. Environ 15 000 femmes et hommes étaient des Juifs de nombreux pays européens différents, et environ 4 000 étaient des Sinti et des Roms.
Le 6 octobre 1942, sur ordre de Himmler, les 522 femmes juives restantes furent transférées à Auschwitz-Birkenau pour faire du camp de femmes de Ravensbrück un "judenfrei" (nettoyé des Juifs). Avant cela, au printemps 1942, 404 femmes juives avaient été envoyées au sanatorium et à l'hôpital psychiatrique de Bernburg où elles ont été tuées dans une chambre à gaz dans le cadre de l'action 14f13. La pénurie de main-d'œuvre devenant plus aiguë en raison de l'augmentation des pertes de guerre, de l'avancée de l'Armée rouge et du débarquement américain en Normandie, les entreprises se sont littéralement vues proposer des femmes juives comme ouvrières ; cela s'appliquait en particulier aux femmes hongroises et slovaques qui ont été pour la plupart emmenées à Ravensbrück via Auschwitz à partir de l'automne 1944. Elles n'y restèrent que peu de temps avant de partir dans des camps annexes pour travailler dans la production d'armements, que la terminologie SS appelait par euphémisme "camps de travail".

Hiérarchie des prisonniers

La situation dans le camp de femmes varie beaucoup selon les nationalités et les groupes persécutés. Leur statut au sein de la communauté des prisonniers dépendait de l'idéologie nazie en fonction la race, classant la valeur des vies humaines. Selon cette idéologie, les femmes enregistrées comme "Reichsdeutsche" (citoyennes du Reich allemand) étaient en tête, suivies ensuite par les détenues scandinaves, tchèques et d'Europe occidentale, d'Europe du Sud et polonaises. Les prisonniers d'Union soviétique, ainsi que les Juifs persécutés "racialement", les Sinti et les Roms se trouvaient au niveau le plus bas de la hiérarchie. Cependant, cette pyramide hiérarchique a changé au fil du temps, comme le montre le fait qu'après l’arrivée des premières femmes polonaises dans le camp en 1939, elles sont devenues la cible d'un harcèlement particulier.
Avec l'invasion de l'Union soviétique, les femmes soviétiques déportées à Ravensbrück se sont retrouvées au plus bas niveau de l’échelle. Il en va de même pour les "Nacht-und-Nebel-Häftlinge" (prisonniers de Nuit et Brouillard) telles les femmes françaises arrêtées à partir de mars 1943 et envoyées sans interruption à Ravensbrück. Etant membres de la Résistance, elles ne devaient pas rentrer en France.

Administration pénitentiaire : le système des fonctionnaires pénitentiaires

À Ravensbrück comme dans tous les camps de concentration, les SS ont utilisé des prisonniers pour construire, entretenir et agrandir les installations. Mais les prisonniers étaient également chargés de contrôler et de superviser les autres prisonniers et d'accomplir des tâches dans l'administration du camp. Le système d'organisation de la SS était basé sur le transfert de rôles définis à un certain nombre d'individus. L'administration du camp SS contrôlait la façon dont ces tâches étaient accomplies. Les prisonniers recrutés pour être surveillant se trouvaient au niveau le plus bas de la hiérarchie de supervision dans les camps(les kapo) C'était une "zone grise" de pouvoir entre les victimes et les bourreaux qui s'est solidement établie au fil du temps, mais elle n'a pratiquement pas laissé de traces dans les archives des camps de concentration. Les souvenirs de ces surveillants prisonniers (kapo) n'ont été, à quelques exceptions près, que peu recueillis. Le concept de terreur permanente emprunté à la discipline militaire remonte à Theodor Eicke, qui est devenu le premier inspecteur des camps de concentration ; il a été appliqué pour la première fois dans le camp de Dachau. L'objectif de ce concept était d'empêcher les prisonniers de se serrer les coudes ou même de se montrer solidaires les uns des autres. La devise était "diviser pour régner". Alors que des surveillants prisonniers (kapo) ont été utilisés non seulement à Dachau, mais dans tous les camps d'hommes dès le début, le système n'a évolué que progressivement dans les camps de détention des femmes.
À Ravensbrück, le chef du camp d’internement était chargé de sélectionner les surveillants prisonniers (kapo) en accord avec le surveillant principal. Les nominations et les révocations dépendaient de la position de la personne dans la hiérarchie des prisonniers. Les citoyens allemands du Reich, y compris les Autrichiens, étaient privilégiés ; les femmes juives ainsi que les Sinti et les Roms étaient exclus. Les prisonniers étaient affectés aux domaines suivants dans le camp 1. Caserne et travail ; 2. Fournitures (cuisine, infirmerie, etc.) ; 3. Tenue de registres administratifs. Au sommet de la hiérarchie se trouvait la doyenne du camp, Elle était la détenue responsable devant les SS, qui lui demandaient d'exécuter les ordres. En plus de l'aînée du camp, il y avait des aînées de bloc (blokova) et des aides chargées de maintenir la paix et l'ordre dans les barques (il y avait une aînée de bloc et deux aides par bloc), distribuer la nourriture, de préparer les appels quotidiens et de tenir le journal du bloc. Pour superviser les détails du travail, les SS nommaient des prisonniers ayant des fonctions de distribution du travail ce qui était comparable à celui des "kapos" dans les camps pour hommes. Au cours de l'été 1942, une autre fonction est créée : la police des camps. La policière du camp était chargée de la surveillance des réserves et du quartier des châtiments, du maintien de l'ordre en général et de l'accueil des nouveaux arrivants. Les prisonniers qui exerçaient ces fonctions étaient une sorte de bras étendu de la SS. Ils portaient des brassards d'identification : les verts pour les anciens du bloc et les aides, les rouges pour la policière du camp et les prisonniers organisateurs du travail et les jaunes pour les surveillants prisonniers de l'infirmerie. Les différentes responsabilités étaient également indiquées sur les brassards, comme "Revier" sur le brassard jaune des responsables de l'infirmerie. Si ces fonctions pouvaient être utiles et permettaient souvent de sauver des vies, la marge de manœuvre qu'elles offraient était également très dangereuse. Toute forme d'assistance risquait toujours d'être espionnée et dénoncée. Le règlement de service du camp de concentration de femmes de Ravensbrück en dit long sur la question : "Aucun prisonnier ne doit se sentir capable de faire confiance aux autres." Les fonctionnaires pénitentiaires, lorsqu'on les trouvait en train de soutenir leurs codétenues, pouvaient être punis par les SS et être enfermés dans le bunker ; pourtant, après la libération, Carmen Mory de Suisse, fonctionnaire pénitentiaire à Ravensbrück, fut jugée et condamnée à mort.

Exister entre la vie et la mort

Les conditions dans lesquelles vivaient les détenus de Ravensbrück dépendaient du lieu et du temps ainsi que des personnes qui les entouraient. La vie quotidienne dans le camp était déterminée par l'espace limité des murs, la routine quotidienne (étroitement) structurée, la nourriture et les vêtements inadéquats, le travail excessivement lourd ou monotone à effectuer, les conditions sanitaires précaires et la peur permanente. En outre, le nombre croissant de détenus au fil des ans a rendu de plus en plus difficile la satisfaction des besoins les plus élémentaires dans pratiquement tous les domaines - logement, nourriture, vêtements, hygiène. On se souvient des années 1944-45 comme étant celles d'un fléau de poux, d'une vague de maladies et d'épidémies et de conditions d'exiguïté inimaginables. Les blocs ont finalement été tellement surchargés que l'administration du camp a fait installer une tente de 50 mètres de long et 20 mètres de large à la mi-août 1944, près des blocs 24 et 26, dans ce qui était alors la quatrième allée du camp. Au départ, elle servait à accueillir les femmes et les enfants envoyés à Ravensbrück après le soulèvement du ghetto de Varsovie. Après eux sont arrivées des femmes d'Auschwitz et des femmes juives de Hongrie. Les conditions de vie dans la tente étaient épouvantables, faisant chaque jour un nombre de victimes supérieur à la moyenne. Rétrospectivement, survivre à de telles conditions semble avoir été un miracle. Les archives relatant la forte dégradation des conditions de vie au fil des ans mentionnent régulièrement une exception : les blocs 1 à 3 situés sur la première allée du camp. Ils abritaient principalement des surveillants prisonniers (kapo) et étaient également des “pavillons témoin” présentées aux grands du régime nazi en visite ou aux représentants des organisations de la Croix-Rouge. Ici, les femmes avaient toutes leur propre lit en planches avec une literie propre, les tables où elles mangeaient étaient nettoyées et elles portaient des vêtements propres. Alors que les conditions de vie de presque tous les prisonniers se détérioraient continuellement, la routine quotidienne était stricte, commençant par la sirène hurlante le matin, les appels par numéro le matin et le soir qui duraient souvent des heures, la lutte pour les rations alimentaires, les ordres de départ au travail, l'aller et le retour, et se terminant à 21 heures quand il n'y avait plus de lumière. Le week-end, il y avait un peu de "temps libre" qui était utilisé pour un certain nombre d'activités.

*Vêtements et alimentation *

En arrivant dans le camp, on a enlevé aux femmes toutes leurs affaires personnels y compris leurs vêtements: elles ont toutes reçu le même uniforme de prisonnière : une robe ample à rayures bleues et grises faite de gros lin, un tablier, un foulard et une veste faite du même tissu à rayures bleues et grises. Des sabots en bois ou des chaussures à lacets avec semelles en bois servaient de chaussures. En outre, elles disposaient de deux paires de bas, de sous-vêtements, d'un slip, de deux gilets et d'une ceinture pour tenir les serviettes hygiéniques. Les vêtements d'été et d'hiver étaient identiques, mais il y avait des règles saisonnières pour le foulard : en hiver, le foulard devait être noué sous le menton, tandis qu'en été, il devait être noué sur la nuque. Bien que les vêtements des prisonniers soient fabriqués dans l'atelier de couture du camp, ils n'étaient pas assez nombreux dès l'automne 1942. Les nouveaux arrivants recevaient des vêtements pris aux femmes déportées avant, avec une grande croix peinte à l'avant et à l'arrière à la peinture à l'huile. La pénurie de vêtements et de nourriture a incité l'administration du camp à autoriser l'envoi de colis privés aux détenues à partir d'octobre 1942. Les archives font souvent référence à l'importance de ces colis, car ils amélioraient les chances de survie et permettaient aux gens de faire preuve de solidarité. La pénurie de nourriture à Ravensbrück est évoquée par de nombreux prisonniers dans leurs rapports. Le fait est que la quantité et la qualité de la nourriture se détériorent continuellement. Percy Treite, le médecin SS travaillant à l'infirmerie, attribue la hausse du taux de mortalité des femmes détenues à une "grave malnutrition". Hélène B., surveillante chargée de la cuisine des prisonniers entre août 1941 et juin 1943, cite la ration quotidienne suivante : le matin, un demi-litre de "café", parfois sucré, 300 grammes de pain de guerre, 30 grammes de margarine trois fois par semaine, à midi un repas chaud (trois quarts de litre de soupe aux légumes), 30 à 40 grammes de viande trois fois par semaine, et le soir trois quarts de litre de soupe aux céréales. Il est bien connu que la qualité des rations alimentaires était bien pire que ce que le récits du surveillant semble suggérer. La soupe était particulièrement mauvaise. Ce que l'on sait moins, c'est que de nombreux prisonniers estimaient que la sous-alimentation et la famine perpétuelle étaient moins pénibles que la peur permanente de la maltraitance, de la maladie et de la mort.

"Prendre soin des malades" : l'infirmerie le Revier

L'infirmerie du camp de femmes de Ravensbrück se trouvait à l'endroit au début de la première allée du camp. Elle se composait de deux baraques en forme de H, appelées Revier I. En 1943, plusieurs autres baraques à côté ou en face furent ajoutées comme Revier II réservées aux prisonniers atteints de maladies telles que la tuberculose, la scarlatine, l'angine et la typhoïde. À partir de 1944, augmentation du nombre d’annexe “d’infirmerie” appartenant au Revier II. Cet ensemble de baraquements n'était en aucun cas un lieu où l'on s'occupait des malades - c'était plutôt un lieu de mort et d’assassinats, de sélections et de stérilisations forcées, un lieu de cris et d'agonie, et aussi un lieu d'expériences médicales cruelles - et un lieu où les mères donnaient naissance à des enfants. Le registre des naissances, qui a été conservé, recense un total de 522 naissances entre le 19 septembre 1944 et le 22 avril 1945. Seuls quelques rares nouveau-nés ont survécu.
La responsabilité du Revier était entre les mains de médecins SS, secondés par des infirmières. A partir de l'automne 1943, des médecins et des infirmières furent recrutés dans les rangs des détenus, parmi lesquels Adelaide Hautval, d'Alsace, et Zdenka Nedvedova, une Tchèque, qui avait auparavant travaillé comme médecin à Auschwitz. Les soins médicaux étaient pratiquement inexistants ; on ne faisait qu'essayer de gérer la misère et d'empêcher qu'elle ne devienne encore plus terrible à cause du nombre croissant de prisonniers. Les patients étaient principalement jugés sur leur capacité à travailler - être inapte au travail signifiait la mort. Au cours des six derniers mois de l'existence du camp, le contrôle des maladies contagieuses devint de plus en plus important pour le Revier, principalement pour protéger le personnel SS contre les infections. À Ravensbrück, un certain nombre d'expériences pseudo-médicales furent menées sur des prisonnières sous la supervision du professeur Dr Karl Gebhardt, un orthopédiste. Ces expériences étaient liées à l'attentat contre Reinhard Heydrich, chef du Bureau central de la sécurité du Reich (RSHA) appelé aussi le “boucher de Prague”, le 27 mai 1942, qui mourut quelques jours plus tard d'une septicémie. Gebhardt voulait montrer que les sulfamides aidaient à traiter les infections des plaies. Soixante-quatorze femmes polonaises et douze femmes d'autres nationalités ont été sélectionnées comme cobayes. On les appelait "lapines" dans le camp, alors qu'elles se disaient "reines". Les tests ont commencé en juillet 1942 et ont duré jusqu'en août 1943 : les femmes ont eu les mollets coupés et les blessures ont été infectées artificiellement ; des expériences sur les os, les muscles et les nerfs des jambes des femmes ont été effectuées, parfois à plusieurs reprises. Dix-sept des femmes opérées sont mortes immédiatement après l'opération, dont cinq Polonaises et douze femmes d'autres nationalités ; six autres ont été abattues. Les femmes survivantes ont été marquées à jamais, souffrant des blessures et de souffrance permanente.

*Forcées de travailler comme esclaves *

Pendant les deux premières années d'existence du camp, les femmes n'ont pas été systématiquement employées comme travailleuses dans l’industrie de guerre. Il n'existait pas encore de plans pour utiliser les femmes détenues dans les camps de concentration comme réserve de main-d'œuvre bon marché. Dans de nombreux cas, ce que l'on faisait faire aux prisonnières leur semblaient inutiles et relevait plutôt du simple harcèlement. Elles devaient surtout construire, et agrandir le camp et assurer son fonctionnement quotidien. Les femmes étaient chargées de construire des routes, de niveler les terres, d'installer des cabanes et de transporter de lourdes charges. D'autres devaient travailler dans les ateliers de couture, de tissage, et de tricot pour répondre aux besoins du camp. Les tâches à l'intérieur et à l'extérieur étaient variées - de nombreuses "listes de tâches" viennent étayer cette hypothèse. Lorsque le secteur industriel fut ajouté à partir de 1942, d'immenses ateliers de production furent construits, par exemple pour la couture, le tissage, le broyage et la fabrication de fourrures. Les ateliers ne produisaient pas seulement des vêtements pour les prisonniers, mais aussi des uniformes pour les gardiennes (Aufseherin) et la Waffen-SS. Les prisonnières devaient également laver, repasser et réparer les uniformes des hommes SS revenant du front. Tout ce travail était effectué pour la société SS "Gesellschaft für Textil- und Lederverwertung mbH", ou Texled en abrégé. C'était la seule entreprise de la SS qui n’avait pas été officiellement déclaré dès le premier jour, c'est-à-dire le 21 juin 1940, le jour de sa création.
Les chiffres du rapport annuel de 1943 montrent les énormes quantités de vêtements que les femmes issues de toute l’Europe produisaient jour et nuit.

Pour les camps de concentration : 789 210 pièces de vêtements pour les détenus masculins 706 307 pièces de sous-vêtements pour les détenus masculins 81 842 pièces de vêtements pour les femmes détenues 70 922 pièces de sous-vêtements pour les femmes détenues 3 328 pièces de vêtements pour les gardiennes

Pour la Waffen-SS : 648 517 pièces de vêtements 151 160 paires de mitaines En ce qui concerne le nombre total de femmes détenues, environ 60 % d'entre elles ont été contraintes de travailler pour Texled en septembre 1942. Bien que la production soit en hausse, le nombre de détenues qui y sont affectées diminue, en raison de l'utilisation croissante de machines modernes. Fin 1943, 3 000 femmes travaillent pour Texled. Travaillant en équipes de jour et de nuit, elles décrivaient leur travail comme du travail d'esclave. Le travail dans les ateliers de Texled était initialement effectué en trois équipes de huit heures. Lorsque Himmler se rendit à Ravensbrück le 3 mars 1943, il demanda l'introduction d'un système à deux équipes, chaque équipe travaillant 11 heures, ce qui constituait une charge supplémentaire pour les détenues. En plus de la lourde charge de travail, des efforts supplémentaires étaient nécessaires lorsque, par exemple, il fallait fabriquer 28 pantalons d'uniforme par équipe. Le respect des quotas est particulièrement difficile pour les femmes qui n'ont pas appris à coudre. Le non-respect du quota entraîne des châtiments corporels tels que la flagellation. Dans de nombreux cas, le quota requis a été littéralement imposé de force aux femmes, sans tenir compte de leur mauvais état de santé. À l'approche du front et alors que la pénurie de main-d'œuvre devient dramatique, les femmes détenues dans les camps de concentration doivent de plus en plus travailler pour l'industrie de guerre. Ravensbrück devient une plaque tournante et un point de transit pour les nombreux camps annexes établis à proximité des usines d'armement. Les deux premiers sous-camps ont été installés à Grüneberg, à 40 kilomètres de Ravensbrück, et à Neurohlau dans les Sudètes. Jusqu'à l'été 1944, les femmes du camp de Ravensbrück ont travaillé dans une quarantaine de camps annexes. Les installations d'armement étaient subordonnées aux institutions SS, à la Wehrmacht (souvent en coopération avec des sociétés privées) et à des entreprises privées. Parmi les endroits où se trouvaient les plus grands camps annexes, on trouvait Malchow, Neustadt-Glewe et Neubrandenburg dans le Mecklembourg, ainsi que, dans le reste du Reich, Leipzig, Oranienburg, Eberswalde, Belzig, Genthin et Genshagener Heide près de Ludwigsfelde. Des milliers de femmes déportées ont été contraintes d'y travailler pour maintenir l’effort de guerre ; au moins 90 % d'entre elles étaient des étrangères. Elles avaient d'abord été déportées à Ravensbrück. Quelques jours après leur arrivée, elles sont réparties dans les différents camps annexes et y sont logées. Comme ce qu’elles devaient produire était en grande partie dirigé contre leur pays d'origine, les incidents tels que la perturbation et le sabotage de la production se multipliaient. Un certain nombre d'entre elles l’ont payé de leur vie. A partir du 1er septembre 1944, le système des camps annexes a été restructuré pour les femmes déportées. La raison en était le nombre de camps annexe qui avaient explosé au printemps 1944. Sur ordre du "Wirtschaftsverwaltungshauptamt WVHA" (Office central économico-administratif), Ravensbrück a dû laisser la gestion des camps annexes situés plus loin à d'autres camps de concentration, en l'occurrence à Buchenwald, Flossenbürg, Sachsenhausen et Mauthausen. Après la réorganisation territoriale, Ravensbrück n'était géographiquement responsable que des lieux situés au nord de Berlin. Les conditions de travail et de vie dans les différents camps annexes étaient très variables. Elles dépendaient du type de travail, de la hiérarchie des prisonniers décrite ci-dessus, mais aussi de la direction de l'entreprise, de ses contremaîtres civils qui assuraient l'orientation et la supervision, ainsi que des gardiens et surveillants SS.

Survie : chance et stratégie

Le microcosme cruel du camp de concentration était déterminé par des conditions qui pouvaient signifier la vie ou la mort. Pour commencer, le facteur crucial pour la survie était la volonté forte et permanente de survivre. Elle comprenait le respect de soi et la dignité humaine, l'affirmation de soi et la solidarité - et, enfin et surtout, l'espoir que les ennemis seraient vaincus et que la libération viendrait. Compte tenu des conditions mortifères qui régnaient dans le camp, la force de survivre venait de différentes sources. Une conviction politique intacte malgré les interrogatoires et les châtiments, une croyance religieuse profonde, un patriotisme traditionnel et profond ainsi que des amitiés, des échanges intellectuels, des activités mentales et créatives et la conscience de la nécessité d'aider ont rendu l'individu et aussi le groupe plus fort.

Les gestes de solidarité sont particulièrement importants, même si, dans ce cas, le champ d'action est très étroit. Certains survivants portent pour le reste de leur vie, le fardeau d’avoir été incapables d’aider parce que c’était impossible dans les conditions de vie des camps de concentration.
Agir dans un esprit de solidarité reposait avant tout sur des motifs nationaux, politiques, religieux, ethniques, familiaux ou personnels, son "succès" dépendant des réseaux conspirateurs. C'était notamment le cas lorsqu'un co-détenu devait être sauvé de la mort par gazage ou autres moyens. Les stratégies de survie englobaient différentes formes de résistance à la déshumanisation et à la dégradation, y compris les intentions d'extermination des SS.

Toutes les activités et comportements des prisonniers visant à empêcher les pouvoirs en place d'atteindre leurs objectifs doivent être considérés comme de la résistance. Après tout, à part la volonté de survivre et d'aider les autres, il y avait aussi d'autres formes de résistance plus ou moins réussies à Ravensbrück. Parmi celles-ci, on trouve les protestations, le refus de recevoir des primes, le refus individuel et collectif de travailler, le sabotage et, surtout, l'opposition morale.

Les femmes polonaises ont eu leur mot à dire sur la question : "Le sabotage est comme le vin." Parmi les stratégies de survie, il y avait des tentatives pour obtenir des informations sur le déroulement de la guerre ou sur les plans d’extermination, et des efforts pour diffuser des informations à l’extérieur du camp sur les conditions de vie de plus en plus épouvantables.
Dans certains cas, il était même possible d'envoyer des messages codés à des proches. Certaines femmes tenaient un journal dans lequel elles inscrivaient leurs notes quotidiennes, comme Germaine Tillion, une ethnologue française, ou notaient leurs observations sur plusieurs semaines, comme Yvonne Useldinger, du Luxembourg. Art Breur, un artiste néerlandais, a réalisé des portraits de femmes mortes à des fins documentaires. Ces activités étaient dangereuses et les chances de cacher des documents étaient minces, comme le montre le fait que sept condamnations à mort ont été prononcées contre cinq femmes de Pologne et deux d'Allemagne, dont les dossiers avaient été retrouvés par les SS, rien qu'entre janvier et avril 1945.
Les activités créatives, la musique, les débats et les instructions religieuses ou politiques, l'artisanat, les cadeaux faits à la main et les cartes de vœux constituaient une autre chance de survie. Tout devait être gardé secret, toujours sous la menace d'être découvert par les SS. Il s’est passé beaucoup de choses, de minuscules objets ou écrits en témoignent. Des livres miniatures, des dessins, des figures d'animaux ou un crucifix ont été sauvés et sont soigneusement entretenus pour être présentés dans les expositions du Mémorial de Ravensbrück(Artefacts) Il existe des rapports sur le lieu et l'époque d'un tel monde de résistance intellectuelle et créative. Les conditions d’internement et d’isolement ont donné aux femmes la nécessité d’apprendre sans matériel pédagogique, , de chanter sans livre de chants, d'entraîner leur mémoire ou de rencontrer de nouvelles personnes. Pendant de nombreuses décennies, les survivants de Ravensbrück de différentes nationalités ont parlé avec force de la façon dont ces activités et d'autres similaires avaient nourri leur espoir de pouvoir survivre.

Entre extermination et libération

Le 15 janvier 1945, le complexe du camp de Ravensbrück comptait 46.070 femmes et 7.848 hommes. Environ deux tiers des hommes et au moins un tiers des femmes étaient détenus dans l'un des 13 grands camps annexe. Le camp principal fut de plus en plus pris entre les lignes de front jusqu'à sa libération par l'Armée rouge le 30 avril 1945. Avant cela, de nombreuses personnes étaient arrivées à Ravensbrück, soit au cours de transports dramatiques, soit à pied. Les SS ont fait tuer des milliers de détenus. Au cours des derniers mois de son existence, Ravensbrück a servi à la fois de lieu d'évacuation et d'extermination. Sept mille prisonnières d'Auschwitz seulement arrivèrent ici fin janvier/début février. Six mille prisonniers masculins venaient de Mittelbau-Dora et du camp annexe de Neuengamme de Watenstedt à la mi-avril 1945. Il était impossible de faire travailler un nombre aussi élevé d'arrivants dans les camps annexes et de les y accueillir. L'administration du camp a essayé de se débarrasser des prisonniers de plusieurs façons :

À peu près au même moment, 7 500 femmes prisonnières ont été libérées par la Croix-Rouge internationale, suédoise et danoise peu avant la fin de la guerre. Baptisés "White Bus Rescue Action", “les Bus Blancs “les déportées ont été emmenées en Suède, les premiers bus transportant des Norvégiennes et des Danoises, suivis par des véhicules peints en blanc avec des femmes françaises, belges, luxembourgeoises, néerlandaises et polonaises, parmi lesquelles se trouvaient également des Juives et des mères avec des bébés. Le dernier transport vers la Suède, qui a quitté Ravensbrück le 26 avril, transportait 3 960 femmes polonaises. Un "train fantôme" leur a fait passer la frontière danoise via Lübeck.

De nombreuses sélections à partir de la fin janvier 1945 se sont transformées en véritables fusillades par les médecins et les gardes SS ; elles ont été suivies de diverses activités pour se débarrasser des détenues, comme des fusillades et des gazages. La sélection signifiait la mort, et les cibles des sélections étaient non seulement les détenues inaptes au travail, mais aussi toute personne ayant des cheveux gris, un teint pâle, des jambes gonflées, des varices, des blessures ou des abcès. Les informations étant insuffisantes, il est impossible de dire quand exactement ont commencé les tirs et le gazage des prisonniers sélectionnés. Cependant, il est incontestable qu'environ 600 fusillades ont eu lieu dans la zone située à côté du crématorium. On pense que les gazages ont commencé fin janvier et se sont terminés fin avril 1945. L'administration du camp s'est efforcée de garder les gazages secrets. Des registres répertoriant les personnes gazées ont été constitués plus tard, indiquant un transfert vers le "camp de repos de Mittwerda". Un tel camp de repos n'a jamais existé. Une des listes de Mittwerda a été conservée. Elle est conservée à Varsovie et donne 496 noms (dont celui d'une femme du Luxembourg), la date du 6 avril 1945 et la signature du commandant Suhren de Ravensbrück. Le nombre total de femmes gazées à Ravensbrück est de 5 à 6 000. Le livre commémoratif des victimes du camp de concentration de Ravensbrück 1939-1945 donne le nombre total de morts dont les noms ont été identifiés jusqu'à présent, soit 13 161. Le livre fait référence à 9 718 femmes et 3 334 hommes. Parmi les nationalités identifiées figurent 53 femmes et hommes du Luxembourg.

La responsabilité des gazages et des fusillades de masse à Ravensbrück était entre les mains d'un commando de six personnes dirigé par le Hauptscharführer SS Otto Moll. Moll venait d'Auschwitz, où il avait été chargé des exécutions de masse ; à partir du début de 1945, il était également responsable des exécutions de masse dans le camp de concentration de Sachsenhausen. Pendant que les sélections et les assassinats avaient lieu, Albert de Cocatrix, un représentant de la Croix-Rouge internationale (CRI), a tenté de persuader le commandant du camp, Fritz Suhren, de remettre le camp à la CRI. Se référant à un ordre d'évacuation émis par Himmler, Suhren fit chasser du camp les 20 000 prisonniers encore en état de marcher, sous la surveillance des gardes SS.
Les 24 et 26 avril, les prisonniers masculins se sont mis en marche en plusieurs colonnes pour marcher vers le nord-ouest ; suivis par les femmes les 27 et 28 avril. Les colonnes ne cessent de rétrécir, car certains parviennent à s'enfuir tandis que d'autres sont abattus. Certains prisonniers parviennent à Schwerin, d'autres rencontrent des soldats et des officiers de l'Armée rouge après quelques kilomètres seulement. Ces marches d'évacuation sont entrées dans l'histoire de la libération des camps de concentration comme des marches de la mort. Quant à Ravensbrück, il est impossible d'établir combien de prisonniers sont morts ou ont été tués en chemin après avoir quitté le camp.

Les fosses communes dans les cimetières des villages situés le long de la route contiennent les restes de nombreuses victimes sans nom. Environ 2 000 femmes et hommes, partiellement malades en phase terminale, avaient séjourné à Ravensbrück, ainsi que 10 médecins et 30 infirmières parmi les prisonniers. Suhren avait également ordonné à plusieurs surveillantes et gardes SS de rester.
Puis, le 30 avril, des détachements de l'Armée rouge sont arrivés au camp. Ils appartenaient à la 49e armée du 2e front biélorusse dont la zone de combat se trouvait au nord de Berlin. Le colonel Romazan devient le commandant militaire du camp libéré. Une commission a visité la zone, a constitué un "dossier de preuves" et a pris 16 photographies, qui n'ont pas été retrouvées à ce jour. Le rapport comprenait des déclarations d'anciens détenus "sur l'extermination et les mauvais traitements infligés aux prisonniers" et une déclaration sur les crimes médicaux.
Parallèlement, un hôpital militaire a été mis en place pour les prisonniers libérés qui étaient malades ; quelque 800 femmes de Fürstenberg ont été recrutées pour nettoyer la zone, soigner les malades et enterrer les morts dont les corps avaient été empilés en deux tas ; les mourants ont continué à mourir quotidiennement même après la libération. Ceux des anciens prisonniers qui pouvaient marcher attendaient d'être ramenés chez eux. Lorsque les derniers d'entre eux sont partis en juillet 1945, l'Armée rouge a pris en charge l'ensemble du complexe du camp.

Ce n'est qu'en 1989-90, après l'unification de l'Allemagne et le retrait des troupes soviétiques de Fürstenberg/Ravensbrück en février 1994, que l'ancien territoire du camp de concentration est redevenu accessible.

Responsabilité des crimes : les SS

Germaine Tillion a pu rentrer en France. Elle a été appelée à témoigner des crimes commis lors du premier procès de Ravensbrück devant un tribunal militaire britannique à Hambourg en 1946-47. Treize membres du personnel et trois anciens surveillants prisonniers de Ravensbrück se trouvaient alors sur le banc des accusés. Voici ce qu'elle a écrit par la suite :

"J'étais là, accablée de douleur, face à ces gens qui avaient fait de si mauvaises choses ; ils étaient assis en rang à quelques mètres de moi, tenus pour responsables de milliers d’assassinats... Ils étaient là, bien habillés, peignés, lavés et rasés - des gens bien rangés : un dentiste, plusieurs médecins, un ancien imprimeur, des infirmières et quelques employés de la classe moyenne. Pas de condamnations antérieures, une éducation normale,... des gens “très normaux". (Germaine Tillion, Frauenkonzentrationslager Ravensbrück /Camp de concentration des femmes de Ravensbrück/. Lüneburg 1998, p. 156)

Qui sont les femmes et les hommes responsables des crimes commis contre l'humanité dans le camp de concentration de Ravensbrück, et quelle est la structure organisationnelle au sein de laquelle ils ont accompli leurs actes criminels ? Comme tous les autres grands camps de concentration de l'époque, Ravensbrück était initialement sous le contrôle de l'inspection des camps de concentration. Plus tard, lorsque l'inspection a été intégrée à l'Office central économico-administratif en tant que Amtsgruppe (division) D à partir du 16 mars 1942, les quatre départements qui s'y trouvaient (D I = Département central, D II - Répartition des effectifs, D III - Administration médicale, D IV - Administration générale) supervisaient les départements correspondants dans les camps de concentration. L'administration du camp de Ravensbrück était subdivisée en cinq sections : Kommandantur (quartier général) avec Adjutantur (bureau de l'adjudant), Département politique, Camp de détention préventive, Administration et Médecin du camp.

En 1941, un sixième département a été ajouté : l'affectation des tâches. Ravensbrück était dirigé par le commandant, qui a été appelé "directeur du camp" jusqu'au printemps 1942. Il est assisté par un adjudant en tant que secrétaire en chef et responsable du personnel. Le premier directeur du camp de femmes de Ravensbrück fut Max Koegel, qui avait déjà été le directeur du camp de détention préventive de Lichtenburg. En août 1942, Koegel fut affecté au camp de concentration de Lublin-Majdanek. Le 1er septembre 1942, il est suivi par le commandant Fritz Suhren, qui avait été auparavant le chef du camp de détention préventive de Sachsenhausen et qui est resté à son poste à Ravensbrück jusqu'à la libération du camp. Alors que le commandant était responsable de l'ensemble du complexe du camp, son adjoint, le chef du camp de détention préventive, était chargé de la gestion du camp de prisonniers proprement dit. Il avait comme soutien un surveillant en chef, qui était également son adjoint, et un certain nombre d'autres surveillants. La première surveillante en chef (Aufseherin)de Ravensbrück fut Johanna Langefeld, qui avait occupé la même fonction à Lichtenburg ; en décembre 1943, elle fut remplacée par Maria Klein-Plaubel. Être surveillante en chef était la plus haute fonction qu'une femme pouvait occuper dans le camp des femmes. Toutes les gardes féminines recrutées pour le travail n'étaient pas membres de la SS, mais appartenaient aux "auxiliaires féminines de la SS" et étaient payées en tant qu'employées du Reich. Leur champ d'action se situait entre regarder ailleurs, et avoir de la sympathie pour la situation des prisonniers jusqu'aux châtiments corporels, souvent avec l'aide d'un chien de garde qu'elles avaient toutes, ce qui a coûté la vie à certains prisonniers. Les survivantes se souviennent que l'une des gardiennes (kapo) les plus tristement célèbres était Dorothea Binz, née dans un endroit proche de Fürstenberg et qui s'est portée volontaire comme gardienne à l'âge de 20 ans. Dorothea Binz a été condamnée à mort lors du procès de Hambourg. D'autres gardiennes ont réussi à éviter la condamnation ou s'en sont tirées à bon compte. Pour elles, le travail dans un camp de concentration était évidemment un travail ordinaire. Tout comme leurs collègues masculins, elles travaillaient dans un système de terreur et de persécution. Entre 1939 et 1945, plus de 2 000 gardiennes ont travaillé à Ravensbrück. Dans le même temps, 3 800 gardes ont été formés, dont certains ont ensuite été affectés ailleurs. Ils ont été recrutés de trois manières : Environ 10 % d'entre eux se sont portés volontaires ou ont répondu à des offres d'emploi, environ 20 % sont venus au camp des femmes par l'intermédiaire des agences pour l'emploi, et les 70 % restants ont été enrôlés dans des usines ou conscrits.

Il y avait 22 bâtiments spécialement aménagés dans le quartier résidentiel des SS pour abriter les gardiennes et le personnel masculin de direction. En tout, il y avait quatre "maisons du Führer" (chacune pour une famille), dix "maisons de l'Unterführer" (chacune pour deux familles) et huit bâtiments comprenant chacun dix appartements pour les gardiennes. Comme il y avait davantage de chefs et sous-chefs SS masculins, seuls les plus hauts gradés y vivaient ; les autres habitaient plus loin du complexe du camp, dans la petite ville de Fürstenberg. Outre les deux commandants, il y avait 25 hommes à Ravensbrück en tant que "chefs de service" et hauts responsables SS. En plus des chefs SS, environ 50 à 60 hommes SS travaillaient en équipes de 24 heures, dans l'administration et comme gardes extérieurs.

Jugement des crimes

Lors des sept procès de Ravensbrück qui se sont tenus au Curio-Haus de Hambourg entre 1946 et 1948, sept membres masculins du personnel ont été condamnés à mort et exécutés.
Outre Dorothea Binz, la surveillante Margarete Mewes de Fürstenberg et Carmen Mory, une surveillante prisonnière qui était la doyenne du bloc de la tuberculose, étaient également jugées. Alors que Binz et Mory ont été condamnées à mort, le tribunal militaire britannique a condamné Mewes à 10 ans de prison. Mewes a été libérée sous condition en 1952. Fritz Suhren et Hans Pflaum, un cruel responsable des affectations, étaient en fuite et ne furent jugés à Rastatt qu'en 1949 ; un tribunal militaire français les condamna à mort. Un tribunal polonais de Cracovie a condamné à mort la surveillante en chef Maria Mandel, qui avait été transférée de Ravensbrück à Auschwitz. En 1948, plusieurs procès contre des gardes de Ravensbrück se sont tenus dans la zone d'occupation soviétique. Sans établir leur culpabilité individuelle, les accusés ont été condamnés à de longues peines de prison, mais la plupart d'entre eux ont été graciés ou libérés au début du milieu des années 1950. Les services secrets soviétiques ont interné environ 120 gardes du camp de Ravensbrück dans le camp spécial du NKVD à Sachsenhausen. Après la dissolution du camp, ils ont été remis à un tribunal de la République démocratique allemande (RDA) à Waldheim, en Saxe, en 1950 et ont été sommairement condamnés à une longue peine d'emprisonnement. Les tribunaux allemands de la zone d'occupation soviétique avaient enquêté sur les gardiens depuis 1948. Leurs peines étaient nettement plus légères. En 1965-66, le tribunal de district de Rostock a condamné trois surveillants de Ravensbrück à la prison à vie.

Le mémorial du camp de concentration de Ravensbrück

Immédiatement après la libération du camp de concentration de Ravensbrück et le retour des prisonniers chez eux, de nombreux survivants ont ressenti le besoin de partager avec le grand public leur connaissance des crimes qui y ont été commis.
L'appel à rassembler des documents, des objets et d'autres preuves sauvés du camp et à écrire leur expérience afin d’organiser une exposition est venu principalement des prisonniers "politiques", c'est-à-dire des femmes qui avaient résisté au régime nazi ou à ses larbins. À partir de 1946, des cérémonies commémoratives ont été organisées chaque année sur la place du marché de Fürstenberg. Ces événements rappelaient la libération du camp en souvenir des événements qui s'y étaient déroulés. Elles se sont progressivement transformées en manifestations "contre le fascisme et la guerre" auxquelles assistaient de grandes foules, et se sont terminées par un cortège jusqu'à Ravensbrück où, dans un petit quartier de Schwedtsee, à l'extérieur de la base militaire soviétique, le souvenir a pris diverses formes.

Les femmes de l'Allemagne occupée par les Alliés, puis de la République démocratique allemande et de la République fédérale d'Allemagne, de France, du Luxembourg, de Belgique, de l'Union soviétique, de Pologne, de Tchécoslovaquie et d'autres pays ont été invitées à créer un mémorial qui offrirait des possibilités de commémoration et d'information.
Le 12 septembre 1959, en présence de 1 700 survivants de 23 pays européens et de 70 000 habitants de la région, le Mémorial national de Ravensbrück, conçu par l'"équipe de Buchenwald", a été inauguré. L'espace disponible était une étendue de 3,5 hectares sur la rive orientale du Schwedtsee qui avait été utilisée par les SS pour déverser dans l'eau les cendres des morts du crématorium. En outre, le crématorium, qui était resté intact, le mur du camp voisin et le bloc cellulaire qui devait servir de bâtiment d'exposition ont été intégrés. En 1984, le bâtiment de l'ancien commandant a été ajouté. Le dernier étage offre suffisamment d'espace pour une exposition (permanente) sur la lutte de résistance antifasciste dans le camp de femmes de Ravensbrück.
Par conséquent, la présentation se concentrait principalement sur les résistants allemands ; les autres groupes de victimes ne jouaient aucun rôle ou seulement un rôle marginal. Le bloc cellulaire a continué à être utilisé pour les expositions. Ici, les pays d'où les femmes avaient été déportées à Ravensbrück ont eu la possibilité de concevoir leur propre salle du souvenir. Ce concept a été largement maintenu, même si un certain nombre de pays ont entre-temps réaménagé leurs salles nationales. À la fin des années 1980, d'autres salles ont été ajoutées pour se souvenir de ceux qui n'avaient pas été inclus auparavant, ou seulement très tard, dans la culture du souvenir à Ravensbrück : Les Juifs ainsi que les Sinti et les Roms et les partisans du complot du 20 juillet 1944, l'assassinat manqué d'Hitler.

Immédiatement après l'unification de l'Allemagne, le gouvernement fédéral et le gouvernement du Land de Brandebourg ont élaboré un concept de fondation commémorative, qui a abouti à la création de la Fondation des monuments commémoratifs du Brandebourg le 1er janvier 1993. Elle comprend le Mémorial de Ravensbrück, le Mémorial et le Musée de Sachsenhausen et le Centre de documentation du Brandebourg. Il est désormais possible d'élaborer et de mettre en œuvre un nouveau concept de commémoration et de nouvelles idées pour la recherche, les collections, les expositions et les activités éducatives.
Les points forts du nouveau concept de commémoration ont été les 50e et 60e anniversaires de la libération, à l'occasion desquels des événements commémoratifs ont été organisés avec des survivants du monde entier dont on se souvient bien à ce jour. Un grand nombre d'expositions permanentes et spéciales ont été prévues, en partie conçues comme des expositions itinérantes, les collections ont été indexées et étendues, les recherches ont été intensifiées de sorte qu'une multitude de nouvelles informations sur le complexe du camp de Ravensbrück et ses camps annexes sont désormais disponibles. Les interviews vidéo de femmes, d'hommes et d'enfants de Ravensbrück, réalisées depuis 1993 sous la direction de Loretta Walz, sont pertinentes dans ce processus. Le résultat remarquable de ce travail biographique est le film de 90 minutes de Loretta Walz "Und dann kommst du dahin an einem schönen Sommertag". Die Frauen von Ravensbrück" (Et puis vous y êtes par une belle journée d'été. Les femmes de Ravensbrück) et le livre qui l'accompagne. Il a été montré pour la première fois à l'occasion du 60e anniversaire de la libération du camp et a remporté le prix Grimme. Après le retrait de l'armée russe, le territoire de l'ancien camp de concentration, aménagé et construit par l'armée, a dû être réaménagé. En outre, l'ancien quartier d'habitation des SS pouvait désormais être utilisé à de nouvelles fins. Lorsque les huit maisons des surveillantes (Aufsehrin) ont été transformées en un Centre international de rencontre de la jeunesse avec un foyer et une maison destinée aux survivants des camps de concentration il y a cinq ans, l'héritage des femmes polonaises victimes de tests pseudo-médicaux s'est réalisé.

Aujourd'hui, Ravensbrück, l'ancienne scène de crime, est un lieu d'information, de souvenir et de commémoration, un lieu de réflexion et d'apprentissage et, surtout, un lieu de rencontre pour les générations et les nations.

• Bernhard Strebel: Das KZ Ravensbrück. Geschichte eines Lagerkomplexes (The Ravensbrück Concentration Camp. History of a Camp Complex). Paderborn/Munich/Vienna/Zurich 2003. • Grit Philipp: Kalendarium der Ereignisse im Frauen-Konzentrationslager Ravensbrück 1939-1945 (Calendar of the Events in the Ravensbrück Women’s Concentration Camp). With the assistance of Monika Schnell. Berlin 1999. • Jack G. Morrison: Everyday Life in a Women’s Concentration Camp 1939-1945. Princeton 2000, Zurich (in German) 2002.
• Gedenkbuch für die Opfer des Konzentrationslagers Ravensbrück 1939-1945 (Memorial Book for the Victims of the Ravensbrück Concentration Camp 1939-1945). Published by the Ravensbrück Memorial with scientific assistance from Bärbel Schindler-Saefkow. Berlin 2005. • Der Nationalsozialismus im Spiegel des öffentlichen Gedächtnisses. Formen der Aufarbeitung und des Gedenkens (National Socialism as mirrored in public memory. Forms of reappraisal and remembrance). Commemorative publication for Sigrid Jacobeit, published by Petra Fank and Stefan Hördler.
• Annette Leo: Ravensbrück – Stammlager (Main camp Ravensbrück). In: Der Ort des Terrors. Geschichte der nationalsozialistischen Konzentrationslager (The place of terror. History of National Socialist concentration camps), vol. 4, Flossenbürg, Mauthausen, Bevensbriick. Published by Wolfgang Benz and Barbara Distel. Munich 2006. • Die Sprache des Gedenkens. Zur Geschichte der Gedenkstätte Ravensbrück 1945-1995 (The language of remembrance. On the history of the Ravensbrück Memorial). Published by Insa Eschebach, Sigrid Jacobeit, Susanne Landwerd. Schriftenreihe (series of papers) issued by the Brandenburg Memorials Foundation vol. 11. Berlin 1999.