*Création et activités du Comité international de Ravensbrück (CIR) * C’est immédiatement après la guerre, lorsqu’elles durent témoigner contre la direction du camp de Ravensbrück au cours de plusieurs procès, que les anciennes détenues de Ravensbrück, originaires de différents pays, commencèrent à travailler ensemble. Dès 1948, d’anciennes détenues politiques de plusieurs pays se rencontrèrent afin d’honorer la mémoire de Ravensbrück et d’élaborer le projet d’un musée et d’un mémorial.

Une session qui réunit des participantes de 13 pays se tint en novembre 1956. On y parla des premières ébauches des artistes et des projets pour un musée. C’est de là que fut lancé un appel à un projet international d’un musée pour Ravensbrück. Un comité international provisoire prit en charge la coordination des travaux.

Après l’inauguration du mémorial national, du premier musée, après l’inauguration du monument à Ravensbrück en 1959, ce comité cessa de se réunir. Il reprit ses activités lorsque d’autres comités internationaux pour d’autres grands camps de concentration nazis se constituèrent. La session relative à l’organisation du CIR se déroula le 3 février 1965 à Bruxelles (Belgique). Il y fut décidé de reprendre le travail du Comité international de Ravensbrück (CIR). Au cours d’une session organisée dans le contexte du 20ème anniversaire de la libération, des élections se déroulèrent. Une déclaration de principes fut adoptée. La Française Renée Mirande-Laval fut élue présidente. Peu de temps après, 17 comités nationaux de Ravensbrück de plusieurs pays européens donnèrent leur accord pour coopérer dans le cadre du CIR.

Le siège du CIR fut Paris (France) et, symboliquement, Ravensbrück. Les sessions du CIR devaient être organisées chaque année dans les différents pays membres.

La création du premier musée de Ravensbrück avait été discutée à plusieurs reprises au sein de la communauté internationale, c’était une réalisation commune. L’idée de base, qui consistait à attribuer à chaque communauté nationale de détenues de Ravensbrück une salle à aménager dans le musée construit dans l’ancien bâtiment cellulaire (bunker) fut tout d’abord proposée dans les années 50. Au cours des années, ces salles ont été réaménagées deux fois et elles existent encore aujourd’hui. Il y a des cellules de recueillement pour les pays suivants : l’Albanie, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, l’Espagne, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, la Roumanie, la Tchéquie, l’Union soviétique, la Yougoslavie. Il y a également une salle internationale de recueillement.

A partir de 1965, les sessions du Comité international de Ravensbrück eurent lieu tous les ans dans les différents pays membres. Des décisions furent prises pour chaque sujet à l’ordre du jour, des résolutions furent adoptées, des communiqués pour le grand public furent publiés, des courriers furent adressés aux organisations internationales.

D’autres rencontres internationales se déroulèrent parallèlement aux sessions réunissant les membres du Comité international de Ravensbrück et les représentantes des comités nationaux. Sur l’initiative du CIR, une rencontre d’enfants et de femmes de Ravensbrück réunissant 350 participants de 11 pays fut organisée. La rencontre de 178 anciennes détenues en novembre 1974 à Steinhaus/Semmering (Autriche) fut également un événement particulier.

La Française Rose Guerin fut élue présidente en 1979 à Ljubljana/ Yougoslavie, en 1999, la Française Annette Chalut fut élue à Mantoue/ Italie.

Des groupes nationaux d’anciennes détenues se constituèrent dans de nombreux pays, ou encore, des femmes de Ravensbrück s’engagèrent dans les organisations de tous les anciens détenus des camps de concentration. Elles organisèrent des rencontres, des expositions, édifièrent leurs propres monuments dans leurs pays, comme ce fut le cas notamment à Paris, Amsterdam, Bruxelles et Varsovie. Elles éditent des journaux et entretiennent un site Internet.

Ecrire l’histoire de Ravensbrück : cette question fut discutée en détail pour la première fois en 1971, lors de la session du CIR à Varsovie/ Cracovie. Ce furent les anciennes détenues – particulièrement Erika Buchmann, Wanda Kierdrzynska, Dagmar Hajkovà et Germaine Tillion - qui contribuèrent à faire progresser ces recherches avant que soit constituée une bibliothèque dans laquelle sont conservés aujourd’hui des centaines d’écrits.

Lors de la session du CIR qui se tint à Hambourg en 1988, Rose Guerin annonça que le Comité international de Ravensbrück avait été honoré du titre d’« Ambassadeur de la paix » par un diplôme d’honneur décerné par l’ONU. Le diplôme a été remis à la Française Cécile Lesieur au nom du secrétaire général de l’ONU le 15 septembre 1987 à New York.

Un colloque sur l’héritage culturel se tint à Cracovie en juillet 1991. Le CIR y était représenté par trois de ses membres. La délégation proposa de déclarer le mémorial de Ravensbrück héritage culturel européen.

En mai 1991, le projet de construction d’un supermarché du groupe Tengelmann à Ravensbrück, rue des nations (Straße der Nationen) fut rendu public. Cette rue, qui faisait partie du site du camp, avait été construite par des détenues. Il y eut d’importantes protestations contre ce projet, tant au niveau national qu’international. Un groupe d’anciennes détenues de plusieurs pays se rendit à Ravensbrück pour s’entretenir avec les responsables. Parallèlement, le CIR se réunit en septembre 1991 à Ravensbrück pour visiter le site de l’ancien camp de concentration occupé par l’armée soviétique et pour soumettre des propositions d’aménagement du site initial après le retrait de l’armée.

L’issue de ces discussions redéfinit finalement l’avenir jusqu’alors incertain du mémorial. La fondation des Mémoriaux du Brandebourg fut créée le 1er janvier 1993. Le Comité international y est actif au sein du conseil international.

Au cours des sessions du CIR, des plans d’action sont évoqués régulièrement et on parle des conditions d’existence des anciennes détenues de Ravensbrück. Il existe des rapports réalisés par plusieurs pays sur ce thème, notamment sur le travail avec les jeunes.

Dans les années précédentes, les membres du Comité international de Ravensbrück ont joué un rôle dans l’évolution de la démocratie dans leurs pays, qui, la plupart du temps, a été grandement estimé. Elles ont été honorées de hautes distinctions. Le fait que c’étaient des « femmes de Ravensbrück » a toujours revêtu une importance particulière.

Dr. Bärbel Schindler-Saefkow, Secr. General 2002-2019

2020, Session en ligne,18.12.2020

2019, Réunion à Goriza, Italie

2018, Réunion à Varsovie, Pologne

2017, Réunion à Lidice, République tchèque

2016, Réunion à Vienne, Autriche

2015, 70e anniversaire de la libération, conférence à Templin, RFA

2014, Réunion à Paris, France

2013,

2012, Réunion à Madrid, resolution

2011,

2010, 65ème anniversaire de la libération, session à Templin, RFA

2009,

2008,

2007,

2006, Réunion à Ljubljana, Slovenia

2005, 60ème anniversaire de la libération, session à Templin/RDA

2004, Session à Lidice/ République Tchèque

2004, Réunion à Payerbach, Autriche

2002, session à Amsterdam/ Pays-Bas

2001, session à Paris/France

2000, 55éme anniversaire de la libération, session à Neustrelitz, RFA

1999, session à Mantoue/ Italie, Annette Chalut est élue présidente

1998, session à Remich/ Luxembourg

1997, session à Česki Sternberg/ République Tchèque

1986, session à Lindabrunn/ Autriche

1995, 50ème anniversaire de la libération, session du CIR à Fürstenberg et Templin

1994, session à Barcelone/Espagne

1993, session à Oslo/Norvège

1992, session à Anvers/Belgique

1991, rencontre à Ravensbrück

1991, session à Amsterdam/ Pays-Bas

1990, 45ème anniversaire de la libération, session à Neubrandenbourg/RDA

1989, session à Ljubljana/Yougoslavie

1988, session à Hambourg/ RFA

1987, session à Balatonfüred/Hongrie

1986, session à Nîmes/France

1985, 40ème anniversaire de la libération, session à Berlin/RDA

1984, Session à Moscou/ Union Soviétique

1983, session à Bruxelles/Belgique

1982, session à Marianske Lazne/Tchécoslovaqui

1982, Réunion à Vienne, Autriche

1980, 35ème anniversaire de la libération et session à Berlin/RDA

1979, session à Ljubljana/Yougoslavie ; Rose Guerin est élue présidente

1978, session à Turin/Italie

1977, session à Paris/France

1976, session à Raunheim/Main/ RFA

1975, 30ème anniversaire de la libération et session à Berlin RDA

1974, Rencontre à Steinhaus/Semmering, Autriche.

1973, Session à Budapest/Hongrie

1972, Session à Paris/France

1971, Session sur l’histoire de Ravensbrück à Varsovie et à Cracovie/Pologne

1970, 25ème anniversaire de la libération, session à Berlin/RDA

1968, session à Paris/France

1967, session près de Berlin/RDA

1966, session à Prague/ Tchécoslovaquie

1965, 20ème anniversaire de la libération, session à Berlin, RDA

1965, Session à Bruxelles/ Belgique, restructuration d’un comité international

1959, I' inauguration du mémorial de Ravensbrück

1958,

1956, Un Comité International provisoire de Ravensbrück discuta à Berlin, RDA

1954, Journée internationale du souvenir à Ravensbrück

1949, Rencontre internationale de femmes pour la paix à Ravensbrück

1948, rencontre de femmes de Ravensbrück originaires de 4 pays